Dominique Amiel-Zonca

Sculpture

Un petit mot

à toute géographie torturée

 

non pas l’œuvre tendue , sourde , monotone autant que la mer qu’on sculpte sans fin – mais des éclats , accordés à l’effervescence de la terre –

et qui ouvrent au cœur , par dessus le souci et les affres , une stridence

de plages – toujours démis , toujours repris , et hors d achèvement –

non des œuvres mais la matière elle même dans quoi l’ouvrage chemine – tous , liés à quelque projet qui bientôt les rejeta – premiers cris , rumeurs

naïves , formes lassées – témoins , incommodes pourtant , de ce projet – qui ,

de se rencontrer imparfaits se trouvent solidaires parfaitement – et peuvent ici convaincre de s’arrêter à l’ incertain – cela qui tremble , vacille et sans cesse devient – comme une terre qu’on ravage – épars .

 

Edouard glissant

Le sel noir (poésie /Gallimard )

 

en savoir plus + sur l'artiste